Le banc ou l’homme de dos (pour A. V. Janssens)

Il y a peu de visiteurs, à l’ouverture du centre d’art contemporain. Celle-là, avec son dictaphone, doit être critique d’art. Ou étudiante en histoire de l’art. En parcourant l’exposition, une photo semble la troubler. Elle prend le temps de s’asseoir, sur un banc, pour l’analyser. Elle fait un commentaire, dans son mini enregistreur : « C’est un homme, vu de dos, torse nu, en caleçon, le jean totalement baissé sur ses pieds. Il lève les bras comme pour éviter de tomber et s'avance, vers un escalier plongé dans le noir ».



Téléchargez
 

Absorbée par la photographie, elle n’a pas remarqué le visiteur qui s’assied près d’elle, sur le banc. Ni l’un ni l’autre ne sait que la scène est filmée, et que ce banc est recouvert d’un film thermoactif : ses couleurs deviennent instables à cause des variations de température. Le banc, blanc à l’origine, varie de couleur quand on s’y frotte le postérieur.

Le visiteur de l’exposition regarde la photographie montrant l’homme de dos, et dit : cette œuvre me rappelle « L'homme qui chavire » d'Alberto Giacometti. La femme au dictaphone l’écoute. « Quelque chose semble l'effrayer », dit-il encore. « Qu’a-t-il peur d’affronter ? »

Soudain, elle remarque que le banc sur lequel ils sont assis a changé de couleur. Elle se lève brusquement, pour observer cette variation singulière et son voisin la suit. Le banc redevient blanc. Enfin, leurs regards se croisent, ils se dévisagent, et rient d’avoir été surpris. Leur fou-rire résonne dans la grande salle. Ils décident de se rasseoir, et se rapprochent l’un de l’autre. Le banc passe du violet au vert, puis à l’indigo et, quand les deux corps se touchent, il se stabilise en un rouge écarlate.

Ensemble, les visiteurs restent assis sur mon banc et devisent sur la photo, jusqu’à la fermeture de l’exposition. Un gardien me prévient que l’on va devoir arrêter la vidéo. L’heure c’est l’heure ! Je suis ravi d’avoir pu tester l’efficacité de mon œuvre : le banc thermoactif. L’homme et la femme sont sortis ensemble de la salle d’exposition. Je les ai vus au vestiaire, il l’aidait à enfiler son manteau.
 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.valerienimal.com/podcast/index.php/trackback/14

Haut de page